Axe 4: ETUDE DES ATMOSPHERES

Cette activité est intrinsèquement liée aux études « amont » de spectroscopie de « laboratoire ».

A) Mesures de l’atmosphère terrestre : OASIS – un observatoire de l’atmosphère par spectroscopie infrarouge

Depuis juin 2008, un observatoire atmosphérique par spectroscopie infrarouge en absorption solaire (baptisé OASIS pour «Observations de l’Atmosphère par Spectroscopie Infrarouge Solaire ») a été installé sur un des toits de l’Université Paris Est Créteil


B) Simulation et traitement des données satellitaires -IASI – un outil pour la surveillance de la qualité de l’air

Les activités menées autour du transfert radiatif et de l’observation de l’atmosphère terrestre par des instruments embarqués sur satellite (comme l’instrument IASI&, Interféromètre Atmosphérique de Sondage Infrarouge) opérant dans l’infrarouge thermique ont pour objectif principal la surveillance de la qualité de l’air, en particulier l’ozone. Il faut noter que la mesure de l’ozone dans les basses couches de l’atmosphère, pertinentes pour la surveillance de la qualité de l’air, est très difficile depuis l’espace. Une méthode d’inversion des spectres atmosphériques optimisée et robuste pour la restitution de l’ozone dans les plus basses couches de l’atmosphère a été mise au point. Elle a été validée et est maintenant appliquée en routine pour suivre l’évolution de l’ozone sur l’Europe en été ainsi que dans des régions fortement polluées comme la Chine. L’analyse et l’interprétation des observations se fait en collaboration avec les modélisateurs du LISA au sein d’une action trans-thématique PolSat (lire plus… ). D’autre part, nous sommes impliqués dans la définition de nouvelles missions satellitaires pour la surveillance de la composition atmosphérique terrestre.

Fig. 5 Colonnes partielles d’ozone entre la surface et 6 km mesurées avec IASI au dessus de Pékin en mai 2008 [Dufour et al., 2010]