Evaluation des flux de dépôts aux océans

Afin d’évaluer l’impact que peuvent avoir les apports de nutriments liés au dépôt d’aérosols minéraux sur le fonctionnement des écosystèmes marins, il est impératif de quantifier ces flux de dépôt qui présentent une forte variabilité spatiale et temporelle. Ainsi un évènement intense de dépôt d’aérosols désertiques peut se produire sur une durée de seulement quelques jours mais constituer une fraction importante (~1/3) du dépôt total annuel.

 

Les flux de dépôt simulés par les modèles 3D du cycle des aérosols désertiques sont aujourd’hui sous-contraints, principalement par manque d’observations auxquelles les confronter. Nous mettons donc en œuvre des mesures continues de flux de dépôt qui respectent au mieux le caractère évènementiel des dépôts d’aérosols désertiques.

 

Les mesures portent aussi bien sur la détermination des masses déposées que sur des déterminations aussi complètes que possible de la composition des phases aqueuse et particulaire. Un dispositif mis en place en Méditerranée dans la cadre du programme CHARMEX vise à (i) décrire l’évolution des flux de masse en fonction de la distance au continent nord-africain et de la distribution régionale des précipitations (2) d’évaluer en certains point l’influence de la composition des précipitations sur la solubilité des aérosols et (3) d’évaluer la contribution que représente les aérosols désertiques en terme d’apport en nutriments comparativement à celle des aérosols d’origine anthropique. Ces données serviront également de point de contraintes pour la simulation régionale des flux de dépôt par les modèles 3D du cycle des aérosols désertiques.

 

 

Schéma du réseau de mesure de dépôt des aérosols proposé dans le cadre de CHARMEX. La composition chimique des fractions solubles et insolubles des échantillons de dépôt et des aérosols sera déterminée sur les super sites ; la mesure des flux de dépôt en masse sera effectuée grâce à un collecteur automatique « CARAGA » (lien ??) sur les super sites et sur les sites secondaires