Etude des relations propriétés physico-chimiques et optiques

Au cours de leur transport dans l’atmosphère, les aérosols minéraux subissent un tri granulométrique lié notamment à la sédimentation des particules les plus grossières. Ce tri implique également une modification de la composition et de la forme de l’aérosol. Il est important de quantifier l’influence de ces différents facteurs sur les propriétés optiques afin d’évaluer le degré de précision avec lequel ils doivent être décrits pour estimer correctement l’effet radiatif direct.

 

Cette évaluation repose sur l’analyse des résultats d’expériences de fermeture optique,consistant à calculer les propriétés optiques de diffusion et d'absorption à partir des propriétés physico-chimiques mesurées, puis à comparer le résultat du calcul aux propriétés optiques mesurées. Sur la base de ces résultats, on cherche à établir des corrélations empiriques entre propriétés physico-chimiques et optiques robustes et suffisamment simples pour être intégrées dans des modèles de chimie-transport.

 

 

 

Figure 1 : Profil vertical de diffusion à 3 longueurs d’onde des aérosols échantillonnés à bord de l’ATR-42 en Afrique de l’Ouest dans le cas d’aérosols désertiques sahéliens et sahariens, d’aérosols marins et d’aérosols résultant de la combustion de biomasse. Les différents types d’aérosols sont discriminés par les variations de leurs propriétés de diffusion en fonction de la longueur d’onde. La dépendance spectrale est faible pour des aérosols de grand etaille (type désertiques) et très forte pour les aérosols fins (comme les aérosols carbonés issus de feux de biomasse).